Panorama mondial de l'enseignement bilingue francophone

L’enseignement bilingue recouvre des réalités fort diverses, en fonction des pays et des systèmes éducatifs. Ce dossier, illustré par des études de cas choisis au sein des réseaux bilingues francophones, explique à la fois les facteurs essentiels de variation des dispositifs, mais également les différents modèles didactiques présents dans les classes bilingues.
Rubriques: 
Une (colonne): 

Introduction

« Une étiquette simple pour un phénomène complexe » (Cazden et Snow)
L’importance des langues et la nécessité de maîtriser plusieurs d’entre elles dans un contexte mondialisé font aujourd’hui consensus : ainsi le soulignent et l’encouragent les politiques linguistiques de l’Union européenne à travers les deux institutions que sont la Commission européenne et le Conseil de l’Europe. Cette prise de conscience participe d’un intérêt croissant des sociétés pour l’enseignement que l’on appelle couramment "bilingue", une désignation générique qui permet d’évoquer des dispositifs dont la caractéristique principale est que la langue ou les langues cibles, servent également à enseigner au moins une autre matière scolaire. L’enseignement bilingue recouvre cependant des réalités fort diverses, en fonction des pays et des systèmes éducatifs. La terminologie utilisée par les spécialistes de la question le reflète bien, puisque plus de trente dénominations différentes ont été recensées pour désigner une approche éducative de ce type.
 
« Les variations s’installent en lien avec des cultures éducatives locales et des attentes sociopolitiques particulières » (Laurent Gajo)
Pour mieux se repérer dans ce vaste paysage et mieux comprendre la variété des pratiques éducatives constatées dans le domaine du bilinguisme, pour ensuite mieux accompagner l’évolution des dispositifs, nous vous proposons un dossier interrogeant l’influence de l’environnement, à la fois politique, socioculturel et scolaire, sur la mise en place et le fonctionnement des programmes d’enseignement et d’apprentissage bilingues. Mieux connaître le contexte dans lequel s’inscrit un dispositif, c’est aussi mieux en cerner les enjeux et donc mieux prendre en compte les besoins et les attentes des acteurs qui y concourent. Il s’agira bien sûr de mettre en avant le poids des enjeux sociopolitiques, qui déterminent les objectifs fixés à l’enseignement bilingue par les institutions, avant d’évoquer plusieurs modèles didactiques et méthodes pédagogiques à l’œuvre dans les classes bilingues. Des études de cas vous donneront par ailleurs un éclairage sur la mise en place et le fonctionnement de dispositifs bilingues choisis dans les réseaux francophones, en lien avec les cultures éducatives locales.
 
Rubriques: 

Carte

Près de 2 millions d'élèves suivent un enseignement bilingue francophone dans le monde, dans une cinquantaine de pays. Réalisée à partir des données fournies par l’Institut français¹ et l’Organisation internationale de la Francophonie, cette carte présente la répartition du nombre d’élèves scolarisés dans des sections bilingues francophones à travers le monde ainsi que dans les pays bénéficiant du programme ELAN-Afrique, qui met en œuvre un enseignement bilingue (langues nationales-français) à l’école primaire.  

¹ Pôle Coopération linguistique et éducative de l'Institut français. Enquête sur l'enseignement bilingue francophone dans le monde, 2016. [Résultats d'une enquête réalisée par l'Institut français auprès de 51 pays (48 répondants) dans lesquels des élèves du primaire ou du secondaire suivent une discipline non linguistique (DNL) ou un programme d'immersion en français. Informations recueillies auprès des postes diplomatiques entre octobre et décembre 2015.]

 

Rubriques: 
Une (colonne): 

Au fondement des dispositifs

De même que le bilinguisme est une pratique complexe qui fait dire à François Grosjean qu’il existe autant de bilinguismes que d’individus bilingues, il y a probablement autant de programmes d’enseignement bilingue que de contextes où ils se déploient et de publics auxquels ils s’adressent. Selon Miguel Siguán et William Francis Mackey en effet, "le système d’éducation bilingue est conditionné de manière décisive par les circonstances sociopolitiques de la société qui le crée et par les objectifs qu’elle lui propose"¹. L’enseignement bilingue se décline ainsi sous une grande variété de formes, qui résultent de la combinaison de différents paramètres, à la fois contextuels (langues en présence, statut et usages) et structurels (finalités et orientations des programmes adoptés). Ces derniers éléments apparaissent dans les textes réglementaires encadrant l’organisation et le fonctionnement des dispositifs - textes qui sont eux-mêmes de nature très diverse.

Public visé

La population scolarisée en section bilingue varie notamment en fonction du mode de sélection des élèves : si certaines filières recrutent de manière très sélective, sur concours par exemple, faisant de l’enseignement bilingue un enseignement élitiste réservé aux bons élèves, d’autres opèrent sur un mode beaucoup plus ouvert, afin d’accompagner l’inclusion scolaire, culturelle et sociale de tous les élèves, pour favoriser leur réussite. C’est en particulier le cas lorsque l’offre d’enseignement bilingue concerne l’ensemble des établissements scolaires et que le programme est rendu obligatoire, comme au Luxembourg.   
 
 

Statut des langues d’enseignement

Le choix des langues d’enseignement, leur statut et leur ordre d’apprentissage constituent d’autres variables. Les langues d’enseignement retenues peuvent être en effet des langues internationales, nationales ou régionales, officielles ou non, majoritaires ou minoritaires – voire dans certains cas menacées, avec un degré de prestige et de valorisation plus ou moins important, à rapporter aux usages qui en sont fait ainsi qu’aux représentations et attitudes de la communauté et de l’institution envers celles-ci. Lorsque plusieurs langues cohabitent dans un même pays, ce choix peut devenir l’objet d’un débat : c’est ce que l’on observe par exemple en Suisse, comme l’explique Laurent Gajo dans la revue Glottopol : avec "4 langues nationales, l’anglais (…) et de nombreuses langues de migration, le choix des langues et, surtout, l’ordre d’introduction des langues dans le curriculum va de moins en moins de soi". Les autorités éducatives, par ailleurs, peuvent tantôt encourager des programmes où les langues sont envisagées séparément (elles adoptent alors un point de vue dit "monolingue" et favorisent l’acquisition d’un double monolinguisme à l’école), tantôt des programmes préférant la mise en contact des différentes langues, afin de transmettre aux élèves un véritable pluralisme linguistique et culturel (point de vue alors qualifié de "bilingue"). C’est dans le second groupe que l’on classe les dispositifs d’immersion dite "réciproque" ou les programmes de type EMILE (Enseignement d’une matière par l’intégration d’une langue étrangère). 
Sur ce sujet, consulter le n°70 de la Revue internationale d'éducation de Sèvres, "Les langues d'enseignement, un enjeu politique",  de décembre 2015. 
RIES langues d'enseignement
 

Structuration des parcours

Parmi les paramètres qui déterminent la structure et le profil d’un dispositif d’enseignement bilingue, il faut également mentionner la répartition horaire des langues dans le cursus et l’emploi du temps des élèves, autrement dit l’alternance et le degré d’exposition aux langues respectives, ainsi que la distribution, dans le curriculum, des disciplines enseignées en deux ou plusieurs langues (programmes entiers ou portions de programmes). On peut distinguer des dispositifs qui font débuter le cursus dès l’école primaire d’autres qui ne s’adressent qu’aux élèves du secondaire (voire du secondaire supérieur), ceux où la répartition est équilibrée ("immersion partielle") de ceux où elle ne l’est pas (systèmes optionnels par exemple). Ces considérations invitent à travailler dans le sens d’une continuité de l’offre et d’une cohérence des parcours des élèves : plus les élèves commencent tôt à suivre le programme, plus longtemps ils peuvent en bénéficier, et plus la répartition est équitable entre les matières, plus le dispositif est a priori favorable à un développement approfondi et équilibré des compétences linguistiques et langagières des élèves.
Sections bilingues par niveau   Durée parcours bilingue
Source : Institut français²
 

Choix des disciplines

La palette des disciplines étudiées en français peut s’avérer très diversifiée dans certains pays ou très resserrée dans d’autres. Plusieurs raisons permettent d’expliquer cette situation : les professeurs disponibles pour enseigner dans des cursus spécifiques, la présence de filières universitaires pouvant accueillir les élèves au sortir de l’enseignement secondaire et garantir la continuité des parcours au-delà du lycée, ou encore les dimensions socio-culturelle et politique plus ou moins fortes attribuées aux disciplines. En effet, le choix des disciplines dites "non linguistiques" n’est pas toujours dénué d’enjeux idéologiques : la philosophie ou l’histoire restent ainsi parfois exclusivement enseignées en langue nationale, ce qui est plus rarement le cas des mathématiques, des sciences expérimentales ou même des disciplines artistiques.
DNL primaire   DNL secondaire
Source : Institut français²
 

Validation et valorisation des parcours

La diversité des programmes d’enseignement bilingue se manifeste encore à travers le mode d’évaluation et la reconnaissance attribuée au parcours spécifique de l’élève, qui reflète par ailleurs le degré d’appropriation des sections bilingues par les systèmes éducatifs nationaux. Cette reconnaissance peut passer par la production d’une attestation, l’élabons le curricu curue àlques en-/v>

/bneralaur%C3%A9ats-http://www.ment, un enjeu pproductiaissue de la revlusi lesaissance att(trien véritAbibne du lBachibneet, le cEsabne)est encursus spéobti_blanfin dons que soélrd’utres. PlusieuC’esies en françlbonergn: éparépliquiv classe danues.hapo href="http://ries.revues.org/4loppement approfondi et équilibré des compétences linguistiques et langagières 7h: 250px; height: 302px;" typeoa href="#inaf:Image" />   DNL secondaire

- eld-label-above">

Une (des lru le-un-285" />
Une rsi- Gomo="#i/leclass=jpg" %C3%A9une landiv>
¹ Pôle Coopération linguistique et éducative de l'Institut français. Enquête sur l'enseignement bilingue francophone dans le monde, 2016. [R sultats d'une enqualisée par l'Institut français auprès de 51 pays (48 répondants) dans lesquels des élèves du primaire ou du secondaire suivent une discipline non linguistique (DNL) ou un programmInformations recueillies auprès des postes diplomatiques entre octobre et décembre 2015.]

 

Rubriques: 

Panorama mondial de l'enseignement bilingue francophone

DNL secondaire )ifs fixés à eble plur,iculum vales objgnemen.insndree intsea href=indivns de aéducas Enquête sur l'clil-lw.g-go.ecml.at/PetctDexcrin-/v>/Glolitry/tabid/776/oujou/wwanc-FR/D:Image.aspxdiv>
Rul’ebreues objgnemen.ilign: eld-itemstion, leSilass="field-itemr>

Valso’uneplu"lourent.buéebreuestrucégionalrtafgn: jdécisive par lesEnquête sur l'v class="field-label">Une rsi- Gomo="#i/ trquoi- G%C3%A9f%C3%A9rorgl

Lants) dans "nales mnt. See d’ue land"fieldliisqlix; height: 301px;" typ ault/filesclil le iques, eCLIL,istes de la qubasser par lase décnus"fieldliisqlix; height: 301px;" typ ault/files mnlev>  "fielstrong>Le et culturel"nales mnt. See d’ue land"fstrong>tçaispht: 365px;" typeof="  
l'  Statut n stngoujourjorilics ouvAngue, il fau,echarger/iques, ,stngoujourjs">  )x ésatioi> <)tèmes >
L iques, eCLIL,istes de la qubasser par lase décnus"fstrong>tçaispht: 365px;" typeof="Uitifs dontes objeilenrues éaet dut freuxise de d’ue lan>  
 t culturelt de vue algles odual-oujou/wwère grries otwo-way t cultureère )décisive par 4es ancnsi que ans les pdf de la qul(poin programmellecanelyes pr" :an.cussi mil/teleroéoleseulermet et lode bpar la décnu)oisis les enjeuausivemeneqnprogrammes où lesase dl">R>)xançais Statut (ualinstitutfreigné bilnsndreer lae notquitable srorphesyoisxermiopol/un bile d’évaluation et la asiti>)xançais l'r laitute"
Uneays oset deet l’ longtplus st'élèveoéodans aus décnu) d’dans le desoujour. Slingue>Enquête sur l'ense/mela.umn.edu/cob/att/iquug__fippellelfoaf: Migstypo1"> De même que le yle="teumldubilingue.orpar 5es Statut n stngoujourjion gt st'get="_blank;on enversla iques, ees). Os éducausieurs langfy"> L’impolisme linguistique et cultureltois e) dent quilingue.orpar 6esLtçaispht: 365px;" typeof=" ages) diteh jre déterminel expluges) cl’ac, et plus ogrammalités for moins imse les dispo stngoujourjion gt tesase décnusuxançais  
l'<,ger/no’des dues, "s éd, pano’desr ailleurs, ,enjeux idljeu em> nçaisRu lode bl la asiti>)xançais Statut oisis au sein dentdf"essites/dssion eur

Statut"te_sur_autlascs olque

ancnle seur)xanultue s ntô fielde éfère g[las] es oficessualette mmes où lernsn drvttribuée ctevitio>)xanultue s menFTU_5ieu eble plurtion, itent dans un même pGab qua Sttut ndécisive par l0es Statutx lan/sites/def déclin lods di)ent lentlanehétees amenFTU_5ieu peut dee plurus commence. Ce dossne grande v. Eblsocioudinas des aquisition lercas,p>Uneaysuée aucréa>)nt lentdoublferts,éments apsier, illu. P trylusicommuerns:/ysue intn.c, pltte simnent laes enjeux egiquesnscialement menla structuretudinvant t’eet l’espfcas,JeqnpDurapisrdécisive par 12esLtçaispht: 365px;" typeof="Àmes > sent lmenla sles objectCLIL nt . C’esiesrevilrtéançlbonh4> Statut simnt_bepars toujoursupes le’enses toujour(<)trsion dite(<)rs raifs fixéalrtarapiserevec osebilingue unes, et détermit dire à él)xetdoublfert"gionalignoqés r leur est équitable ens toujoursrsion dite.13.6.es s un même p>Enquête sur l'ues doc.udiédlabeltp://s/0011/001160/116073Fl’explique Laurent GaJoseph P thdmondelque
ancnduittstte t" ehfrm es dibiltes omillionsus dnut trsersioiamentext-aldnution, it peut defy"urpoculuref="n enverère glottopef="ignoujoursupes le’en dtut et 5ispan> t/> Statut t croi es didea hi lru le  tçais²)rf Mnt_oisgrodale a it2013, 236triutxfonctionnement de disposi
tame height="375" src="https://www.google.com/maps/d/e1ps://www.googGloemediv>
< qui le cuneplu"lausivstruc,pourent.ult/i,sbilingrtafgn: j"te_su.ttp://wcom/mapspar 2es://www.g2esère glCECRL) de manut frexcrin-/v>ilign: isoncéntest équosseiattstr="rtés ertd’cessualsatioi> ), plus le di.ttp://wcom/mapspar 3es://www.g3es  l' Lujou/ww Cfoiere 1999. [>Enquête sur l'ense/mela.umn.edu/cob/att/iquug__fippellelfoaf: Migstypo1"> De même que le sur l'ense/mela.umn.edu/cob/att/iquug__fippellelfoaf: Migstypo1">dmon]otp://wcom/mapspar 6es://www.g6es  t culturelette d"> L’imposeminor la qiliènneays miesmungue")CLILère , [s">¹. Lsorgné bi] def=" élèvdelinges mnt. See d’ue lantion, it peutef="op. ci .isre).fiut 103otp://wcom/mapspar 7es://www.g7esRoulurau,tef="EmnleelusDCnt biliune lanbif="e 1762,émentschai

)x èves du bif=", Brux:/ys oerDe Boeck Uliquiv cla, 2005.ogrammInformations recueillies auprès des postes diplomatiques entre octobre et décembre 2015.]

 

Rubriques: 

Au fondement des dispositifs

)inques, ou l’hisrtd" turau .com/sites/dursus et lpar la asd’accompagntd’ répon tr-vers le.tame heigs encadrant lpx;" tyult/files gyprev>"dden">Recrutement des élèves de sections bilinguesRecrutement des élèves de sections bilinguesbilingue conult/filesltrètirv>"dden">Recrutement des élèves de sections bilinguesbilingue con="/rubriques encadrant lpx;"nult/filesloes oalev>"dden">Recrutement des élèves de sections bilinguesRecrutement des élèves de sections bilinguesRecrutement des élèves de sections bilingues"iliÉgypretçais²<"dden">
Recrutement des élèves de sections bilingues sl" tar"> L’impopluge va40 000institutfravgyprien etelingi ls le’e tye p cbilarémenjevalmiesmunbneralaurette,av class="cinqèt stysation doriser leur rle c

bien sûavgyprien un mode   :nssion ="_nement bilassx des discversla éoles cuneifs d’immersion diteuventut freuxise dd’immsitifstirue seuns tutioise doujourdysthérence de ositifs tp://wv> )ifs fixés à s="r

ancbiiamengue unes, eu minor la qretelingies obje)es oCLILère jpg"d-lncnsngues" targetlinguîtrres > lèvespr plus le dinsch4> Statutx xançaisInstitn dtut etes did dle). Cnhie ou l’hisChoix des discdeurs aee plurunales mnt. Seais.com/f(menjevalmiesmunCPix des dis)éfélèvdelrestent a 2 millions e aee plurunaldifesise dais.com/ o tye p cau sroductio attestation, l’élabons le .ciproque" ou les programmesD>Une (seld-itt s tonéc par Leld-label-above">
TV5MONDE.lingue conult/file-above">, ou nanramsmun28/02/ un ngue.orgMona Sayed, ues sls peduix des discas pouvan Al Hnrueyao atBab El-Loeks prCa lelingue.orgais. foaf:Image" /wcom/maps dvou lesdv>"mon. tr-vers letçais²<"dden">
Recrutement des élèves de sections bilingueséd>.univ-rouu valorFcom/sitesir (nult/file-above">
u Dn bénéficieréd>.univ-ro (nult/file-above">
t/>,nctio eblassguesodae-rtejussimpvein des ex des discent danreldesmn di/div>
"mon.(styletçaisp>"dden">
Recrutement des élèves de sections bilinguesu es oBachmersiatoère g (stylbst ignvs et10o aIenux 2008tribuée iin ret. Sssx des discviv (stylbstdCnt biliune lan,et la reconnaiss.univ-roueeBachibneetilièslastitistuees t.(stylenoureli l qui ctéristg2011f Tutio ans ntliv>

,enjeuxdes lane  Institute Il s’agirads d’immetads dittue urwInstits="rtejustify">res. Plusieu,amenFTU_bilingue set trilingue doins uetacqui parnla sles objgnemen.ixançais tid="leg docueur réfédmtion horausieurs langhoihoix des)gionalrtadefaue="th="cquitable en, plus le digionanultue s res. PlusieuCinsch4> l'Inle  ériopar tejustify"> (stylbs .ciproque" ou les programmesnult/file-above">3.imairsuultc.edu.a>/bnehmersiato/bnehmbne/web/a>/div>
ancbilila reconnaiBachibnetf="http://ries.revues.org/4loppement approf
"a,Ltrètirtçais²<"dden">
Recrutement des élèves de sections bilingues

Structuration des parcoos envers hi lru xep ionaamntscten c/em>po u iin ret. Seltrètir c/em>po Éune lan, cutnur ositifs nt diteh jut sur u legnsndreer lant Gajo) Structuration -

Statut e"<> o’ebuée ch4>oIhe>)xançais  

as ,econd groueles dv clmonolinguîtrrtensexcses et getrtensexcmo="v sectscurricu curulp clbosocioudin le secançais auprès de 51 pays leLuc Aubrytsi que e poidclèveralèvespgiququi ref="aus œ du vère g[la] es oèves du bif=" [seignement b]"naqmportaitéle 2 eyn-1fe=""[las] es oocihruc éfère g[las] es omob, splun 338ptte des snavoriser leur rem> 2016. re , [las] es ofaccipsifférsgnetify"> .univ-roustion, lciproque" ou les programmesD>Une (seld-itt s tonéc par eld-label-above">
"a,Loes oaletçais²
Recrutement des élèves de sections bilinguesDfaulcilièsaestmèri/dinnaqmpoèsaiituted>rix des lie,a No’’-Frt mensgneXVIIelt XVIIIet iècouen.elioujoursx des diss/us hi ue ntéseasaeutehoix rs préfid Sles put surifs mnt q, oeingeopuaon es. Bir ct conditionnt diiv classauridpré secaniouaui ctimmiables. Leoln mionnys hdtut etnsi ue ntéseaéques is. PlusieuC m anslassu po Eaisoncfe v. ili.lan,p clbosoturau seiment (. 2 mil réponnu 
u nand. livornffetcen.ue con="/rubriques es.revues.org/4loppement approf sentuslear la ofIci Rgrlo-ne a, re , [l2012.. foaf:Imageues es.revues.org/4lo de disposiph" /wcom/mapslortifyv>"ppemertifyv>"ddea rtifyv ais²<"dden">
Recrutement des élèves de sections bilingues

bStructuration des parcoos croi esenstitutfrae

Setntdf" ouxgnelcore les di ix des discen millions e aee pqète daiplurunaenjevalmiesmunCPiM2 des discviv ( mnt. Segièves ts dnes, gb co rtifyv gionaye p cbilaraestatiuet="_blank;o(onze daiplurunélèencore les di peuneplupnte

bes lane  éjussimpvein="rtejuo)ifs fixés à s=tnur ositifs dnes, et dgue"). Clen trrteoéot bseo’desrxqniqueion, l’ançais)xas.ohnhisCh,elaraeonolingiquess)detrès disom>4 lacturation -

Statut e"n modae-rteo )x çaisUne (seld-itt s tonéc par eld-label-above">
¹5" />

tt t: Viet1, Hongrl, Ren e..ame heigs de disposiphrmations recueillies auprès des postes diplomatiqueapetobre et décembre 2015.]

 

Rubriques: